La petite amie du collapsologue – Go-Buzz

La petite amie du collapsologue

Vivre avec un grand militant

Est comme un jeûne intermittent

C’est beau, mais parfois faut de l’air.

C’était le cas avec Walter.

D’habitude, elle s’en sortait

Plutôt bien, avec élégance,

Sauf que là, pendant les vacances

Bon sang, il lui prenait la tête :

« Dans deux ans, y a plus de planète. »

Devant la mer Adriatique

Dans un village des Abruzzes

Regardons Walter qui panique :

« Je suis sûr qu’il y a des méduses,

C’étaient les thons qui les bouffaient

Et t’as vu ce qu’on en a fait ?

On les a péchés sans relâche !

Maintenant la mer, crac, se fâche.

C’est tous ces tartares maudits

Que tu adores ! Résultat :

Des méduses ! » Elle : « J’en vois pas… »

Mais le voici qui, contredit,

Lui collapsologue la vie.

« Fais pas celle qu’a pas d’avis,

Manger du thon est un suicide. »

« T’es relou. » « Non, je suis lucide.

Je suis juste très investi.

Le thon contient plus d’arsenic

Qu’un mort chez Agatha Christie. »

Et là-dessus, quitte la crique.

Vous croyez qu’on en a fini ?

Or, pas du tout ! Elle se baigne,

Elle se passe un coup de peigne,

Et retourne voir dans leur nid,

Si Walter a changé de mood.

Mais Walter est là, et il boude.

Il est sur le lit étendu,

Les volets en espagnolette,

Il considère l’étendue

Du réchauffement de la planète.

« Putain, on crève de chaleur,

Je sens que les glaciers vont fondre. »

« Faut peut-être pas tout confondre,

Qu’elle lui dit. Tous les malheurs

Ne sont pas si concomitants. »

Il la regarde, pas content.

Elle : « Je vais nous faire une salade. »

« Avec quoi dedans ? » « Ces tomates ! »

« Montre », il les ausculte, maussade.

« Tout ça, c’est plein de glyphosate.

Y’a pas de biodiversité,

Enfin, il y en a, mais pas assez. »

Elle aimerait bien le quitter

Pour un autre, plus nuancé.

Et s’ils en parlaient maintenant ?

« Écoute Walter… », « Non, moi avant.

Chais pas ce que j’ai, mais j’ai les foies.

Baisons pour la dernière fois. »

« La dernière fois avant quoi ? »

« Ben, la fin du monde ! Pourquoi ? »

La morale : un couple – pardi ! –

Le plus souvent, c’est des non-dits.




Nouvelobs