Délices de fuite ou comment vous vous êtes échappé du confinement – Go-Buzz

Délices de fuite ou comment vous vous êtes échappé du confinement

Cet article aurait pu également s’appeler « la Petite Evasion ». Car plutôt que de sortie d’un camp militaire au péril de sa vie avec Steve McQueen, il n’est ici question que d’échappées solitaires belles mais minuscules, celles propres à notre époque confinée. Le temps de faire ses courses, du running, en écoutant un disque, en dessinant, en essayant ses plus beaux habits pour rien, comme ça, devant la glace ou en s’attaquant à la recette impossible à réaliser d’un chef étoilé. Chez soi ou à l’extérieur, dans un rayon d’un kilomètre ou d’un mètre autour de son nombril.

Depuis que cette affaire de virus a commencé, il a rarement autant été question d’immobilité et de lignes de fuite. A cet égard, les histoires de cavale, du « Comte de Monte-Cristo » à « Papillon » en passant par « le Trou » de Jacques Becker, sont revenues au goût du jour en prenant une saveur nouvelle. Seulement, ils paraissent datés : les murs, les limes et les cordes n’ont plus beaucoup de sens aujourd’hui. Il n’y a guère qu’« Évasion », habile série B réunissant Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger, qui nous rende un peu justice car elle se déroule dans une prison transparente. Bien sûr, l’idéal serait d’en discuter au bar du coin, en vérifiant si la première gorgée de bière valait bien un livre mais puisque c’est impossible, nous avons demandé à quelques personnes de nous raconter leurs subterfuges et leurs sorties de secours géolocalisées.

Le plaisir de discuter en ligne avec des inconnus

Honneur to

Pour lire les 87 % restants,
profitez de l’offre à 1€ pour 3 mois sans engagement.




Nouvelobs