Arielle Dombasle, confinée : découverte des tâches ménagères et du supermarché – Go-Buzz

Arielle Dombasle, confinée : découverte des tâches ménagères et du supermarché


S'il y a bien une championne du confinement, c'est Arielle Dombasle ! L'actrice de 66 ans (supposément) profite de ce retranchement pour se reconnecter avec son "moi" intérieur, découvrir de nouvelles choses, apprendre toujours et encore… Confinée à Paris, l'artiste trouve des occupations, non pas pour tuer le temps, mais pour le rendre vivant.
En plus de "regarder les très grands films qu'on n'a pas pu voir", Arielle Dombasle conseille de se réfugier dans les mots de la littérature française. "Je crois que c'est le moment de lire et c'est merveilleux de se dire : 'Tiens, j'ai ce temps qui m'est imparti', d'aller puiser dans sa bibliothèque et de lire ce qu'on a jamais lu, des grands livres bouleversants", a-t-elle lâché à France Info. 

Et de dresser la liste des ouvrages dans lesquels elle conseille de se plonger : "Je dirais peut-être en ces temps de crise et de questionnement métaphysique, seul face à soi-même, on peut lire ChateaubriandLes Mémoires d'Outre-tombe, on peut lire La peau de Malaparte, ce sont des très très grands livres qui vous élèvent. Moi, j'aime relire aussi tous les grands maîtres du XVIIIe, j'aime relire des choses de Saint-Simon ou de Crébillon". Vous avez bien noté ? 

L'avventura au rayon fruits et légumes

Pour Arielle Dombasle, le confinement est aussi une occasion unique de vivre de nouvelles expériences. La chanteuse a fait ses courses pour la première fois (si, si) ! "J'apprends à faire beaucoup de choses ! Je suis absolument terrifiée… Pour la première fois, je suis allée faire des courses alimentaires. Ça a été très difficile. Je suis arrivée à l'épicerie du Bon Marché (dans le 7e arrondissement de Paris, ndlr) et je ne suis pas rentrée, car j'ai vu la queue des gens qui n'étaient évidemment pas à un mètre les uns des autres. Y avait plus de 50 personnes, ça faisait le tour du quartier", avait-elle raconté au micro des Grosses Têtes

Et de poursuivre le récit de son incroyable périple : "J'ai continué ma marche à pied et je suis arrivée à un truc qui s'appelle Market (Carrefour, ndlr). Je suis allée là, les gens étaient hyper sympas. Je suis allée au rayon jus (…) J'ai quitté le market, je savais pas quoi prendre, je n'avais aucune idée de ce que pouvaient bien être les produits de première nécessité". D'aventure en aventure…

Quand Arielle Dombasle télétravaille…

La chanteuse n'a d'ailleurs pas forcément le temps de s'ennuyer, en dépit de l'enfermement. "Je suis musicienne, donc je monte mes films à la maison, j'envoie des images par WeTransfer, voilà, c'est du télétravail, comme tout le monde ! Et j'avais tous ces rendez-vous de propositions qui étaient là et qui sont caducs. On est tous seuls nous les artistes, on est des funambules, sur le fil, donc, complètement tributaires de l'état des choses", a-t-elle expliqué. On se demande si la chanteuse profite de ses moments libres pour s'adonner à la "pénétration intellectuelle", qu'elle chérit tant, avec son mari Bernard-Henri Lévy.

Aimez-vous les uns les autres

Alors que l'humanité vit un moment historique, Arielle Dombasle intériorise des messages d'amour. Elle a indiqué, toujours à France Info : "Je crois qu'il faut aimer son prochain plus que jamais et la première manière de l'aimer, c'est de suivre les règles de non contagion et donc de rester à distance de tous les autres humains qui peuplent la planète". Sainte-Arielle, une vraie pasionaria.

Arielle Dombasle se transforme en Saint-Jean : la scène "post-apocalyptique"

La chanteuse a d'ailleurs témoigné d'une scène "post-apocalyptique" à Paris, dans une vidéo loufoque, et avec la touche kitsch qui la caractérise, publiée sur Twitter. "Hier soir, j'ai dû sortir dans la rue chercher une pharmacie de garde ouverte la nuit", a-t-elle raconté dans le clip, sa voix se mêlant à une musique d'arrière-plan légèrement anxiogène. 

Dans la lumière sélène, elle arpentait les rues vides de la capitale et montrait les trottoirs sans badauds, avant de remercier passionnément le personnel soignant et les travailleurs impliqués en ces temps troublés : "Merci aux héros modernes : pompiers, soignants, urgentistes, médecins, pharmaciens, infirmiers… Nos sauveurs… Night and day".

Un clip qui lui a valu quelques moqueries de la part des internautes, mais qu'elle a manifestement balayées mentalement. La bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe…

https://platform.twitter.com/widgets.js

Une note positive

Toujours optimiste, l'artiste s'imagine déjà le pied dehors et a délivré un véritable message d'espoir au micro de France Info : "Le printemps nous attend … Il va faire tellement beau et, comme je le chante, Just come-back alive, c'est Revenez vivant, pleinement vivant, encore plus vivant". Merci pour ce moment.


Read more