1 salarié sur 4 au chômage partiel, Vacanciers verbalisés, Risques à prendre sa voiture… – Go-Buzz

1 salarié sur 4 au chômage partiel, Vacanciers verbalisés, Risques à prendre sa voiture…

EN DIRECT – La pandémie de coronavirus touche de plein fouet la France. Sorties, Déplacements, Economie, Vie pro et télétravail, courses alimentaires, gestes barrières… Nos droits sociaux, notre quotidien, nos habitudes sont bouleversés. Dernières infos sur l’impact de la crise sanitaire du Covid -19 et actualités du (dé)confinement.

[Mise à jour samedi 4 avril à 20h50] Le député Matthieu Orphelin et une soixantaine d’autres parlementaires ont lancé une consultation pour préparer l’après, le déconfinement. Sur lejourdapres.parlement-ouvert.fr, les élus proposent d’imaginer « un grand plan de transformation de notre société » autour de la santé, du travail, de la démocratie, de l’Europe et des territoires, etc.. 40 mesures sont déjà soumises au vote comme une  « revalorisation salariale immédiate de 200 euros/mois pour les aides à domicile, aides-soignantes, infirmières et autres agents hospitaliers de catégories B et C », la création d’un « véritable revenu universel, dès l’âge de 18 ans » ou le « renforcement de l’impôt sur la fortune immobilière ».
Les votants peuvent être des citoyens, des associations, des élus locaux ou des entreprises et sont invités à soumettre des avis ou des propositions. Une synthèse de la consultation sera rendue publique avant la mi-mai.

  • Un salarié sur quatre est au chômage partiel. Le recours concerne désormais cinq millions de salariés dans 473.000 entreprises, soit un quart du secteur privé, après presque trois semaines de confinement pour lutter contre le coronavirus, a annoncé vendredi soir la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Le gouvernement mise sur l’activité partielle pour éviter des vagues de licenciements massifs pendant la crise du Covid-19 que traverse la France. Le salarié est alors indemnisé à hauteur de 70% du salaire brut et 84% du salaire net.
Cette indemnité est désormais prise en charge intégralement par l’Etat jusqu’à une rémunération brute de 4,5 Smic.

Une « réflexion active » est en cours pour récompenser les salariés du public mobilisés contre le coronavirus. Cette gratification se ferait sur le même modèle mais sous d’autres formes que les salariés du privé, qui pourront bénéficier de primes défiscalisées, a indiqué la ministre du Travail.

  • Le ministère de la Santé a indiqué que les personnes qui n’ont pas accès aux technologies numériques pourraient se voir rembourser les consultations téléphoniques avec leur médecin qui seront prises en charge par la sécurité sociale. Ce remboursement concernera les personnes atteintes ou suspectées d’avoir contracté le coronavirus, ayant une affection de longue durée ou âgés de plus de 70 ans et autorisées « par exception » dans le seul cadre de la crise sanitaire.
  • Les préfectures de Gironde et des Pyrénées-Atlantiques ont interdit  aux hébergements de tourisme d’accueillir du public dans toutes les communes de la côte girondine, parmi elles Lacanau, Lège-Cap-Ferret et Arcachon,
  • Selon le ministère de la Cohésion des territoires, 172 000 personnes sont hébergées dans des structures d’hébergement d’urgence. 7800 places supplémentaires ont été mobilisées dans des hôtels pour héberger des SDF pendant l’épidémie de coronavirus, ainsi que 2800 places dans 73 sites de confinement pour les SDF malades.

Les vacanciers inconscients à l’amende

Pour empêcher la rupture du confinement pendant les vacances de printemps, les contrôles routiers sont renforcés.
Sur France Info, Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie, a précisé : « ils seront systématiques aux barrières de péages et sur le réseau secondaire », effectués « par des postes fixes et des patrouilles » pour vérifier les raisons de chaque déplacement.
En voiture, conducteur comme passagers risquent une amende !
« Il peut y avoir autant de contraventions que de personnes dans la voiture », a alerté Maddy Scheurer. « On va vous inviter à retourner à votre domicile et vous risquez de tomber sur un contrôle sur le chemin du retour. Les personnes expliqueront leur cas, mais cela n’empêchera pas forcément l’amende majorée à 200 euros par personne ».

  • Le nombre de détenus dans les prisons françaises a diminué a diminué de 6266 personnes, a indiqué ce vendredi le ministère de la Justice, qui a pris des mesures de libérations anticipées afin d’éviter une propagation du coronavirus. Au 1er avril, il y avait 66 309 détenus dans les 188 prisons françaises contre 72 575 le 16 mars, selon les chiffres de la Chancellerie. Cette baisse inédite est liée à la fois à une diminution de l’activité judiciaire, ce qui entraine une réduction du nombre de nouveaux détenus, et à des libérations anticipées.  
  • Un laisser-passer sur son portable ? À partir du 6 avril, une attestation numérique sera disponible, pour ceux qui n’ont pas de possibilité d’imprimer la précieuse feuille, a annoncé Christophe Castaner au Parisien. « Le service sera accessible en ligne, sur le site du ministère de l’Intérieur et du gouvernement« , a-t-il expliqué avant d’ajouter: « On pourra éditer le formulaire, depuis son smartphone, afin de le présenter aux policiers grâce à un QR Code« . Il a également rassuré les plus méfiants: « Personne ne pourra collecter les données des usagers« .

Déconfinement : ce qu’il faut retenir du discours d’Édouard Philippe du 2 avril

Invité de TF1/LCI jeudi soir, le premier ministre a fait un état des lieux de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.

« Je comprends l’impatience. Le déconfinement, ça n’est pas pour demain matin« , a expliqué Edouard Philippe sur TF1, précisant que le confinement durerait « au moins jusqu’au 15 avril et peut-être plus longtemps, probablement plus longtemps« . Le Premier ministre a toutefois d’ores et déjà désigné Jean Castex, secrétaire général adjoint de l’Elysée, pour organiser ce déconfinement du mieux possible.
La difficulté, lorsque nous sortirons de nos domiciles, sera de « vivre avec une maladie qui n’aura pas totalement disparu » en évitant « que nous soyons frappés par une deuxième vague qui nous obligerait à procéder à nouveau à des confinements« .
Après avoir félicité les Français pour leur respect des consignes, le chef du gouvernement a toutefois appelé à la poursuite de la mobilisation : « La pire des choses, ce serait que cette discipline s’étiole« .

  • À la veille de Pâques et des congés scolaires, Édouard Philippe a fait appel au « sens du civisme« , et à une « forme d’effort collectif » des Français. « Le virus n’est pas en vacances« , a insisté le premier ministre, selon qui « il ne doit pas y avoir de départ dans les jours qui viennent« . « Aucun« , a-t-il insisté, sans quoi cela « viendrait ruiner l’effort collectif auquel nous consentons depuis près de trois semaines« .
  • Le Premier ministre a assuré que plus de 20 000 tests étaient réalisés par jour.
  • Un rapport alarmant a été publié le 2 avril : au moins 884 morts ont été comptés au sein des Ehpad, depuis le début du confinement, d’après Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. Edouard Philippe a commenté ses chiffres, expliquant d’abord que « 750 000 Français vivent dans les 7000 Ehpad qui existent » et a interpellé : « J’en appelle à la mobilisation des soignants. Dès qu’un cas est identifié, il faut que nous puissions projeter des moyens« .
  • Edouard Philippe a confirmé que l’hypothèse d’un deuxième tour des municipales en octobre, qui avait été évoquée la veille, est une possibilité envisagée. « Si on fait le constat qu’il n’est pas possible d’organiser le deuxième tour en mai ou en juin, alors il faudra décaler les élections, peut-être en octobre, peut-être après« , a-t-il précisé.
  • « La pire des choses, ce serait d’augmenter les impôts« , a-t-il lâché après avoir admis que « les comptes des nations » allaient « se dégrader« . 
  • La France a commandé plus d’un milliard de masques à la Chine. « Il faut maintenant obtenir les livraisons. C’est un exercice qui n’est pas toujours facile« . Un pont aérien a été mis en place entre les deux pays, mais Edouard Philippe espère que la France atteindra une indépendance totale dans la production de masques « d’ici la fin de l’année« .
  • Le pic de l’épidémie est prévu vers le 6 avril, selon Le Parisien qui a dévoilé un document de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP).

Transports en commun en Île-de-France

Valérie Pécresse a assuré au micro de France Info que cinq millions d’unités de masques ont été reçues au sein de l’Ile-de-France. « Nous sommes en train de les distribuer ». En ce qui concerne les transports en commun, Valérie Pecresse a promis un remboursement des abonnements Navigo du mois d’avril. « Je me bats pour maintenir les transports ouverts sinon les agents et les salariés ne pourront pas aller travailler. Il n’y a plus que 10% des cinq millions de voyageurs, mais si certains voient  des lignes trop chargées, il faut le signaler pour agir et augmenter l’offre pour protéger les usagers et les conducteurs« .

Les infos à retenir du jeudi 2 avril :

  • Un entrepôt du marché de Rungis, dans le Val-de-Marne, va être transformé en morgue afin de « soulager les services funéraires régionaux« , a annoncé Le Parisien.
  • Le professeur Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur, a expliqué au micro d’Europe 1, que les personnes âgées, les plus à risque, seraient certainement les dernières à être déconfinées. « Le seuil peut-être placé à 65, 70 ans, qui déterminent les gens pour qui il faudra rester prudent car s’ils étaient à nouveau exposés au virus ils seraient plus à même de faire des formes graves« , a-t-il expliqué.

Les salariés du public pourraient être récompensés pour leur mobilisation, a annoncé la ministre du Travail Muriel Pénicaud, sur France Info. Une « réflexion active » a été entamée afin de réfléchir à un éventuel système de primes pour ces travailleurs.

Le ministère du Travail va présenter des « guides de bonnes pratiques« , métier par métier, afin de travailler en sécurité alors que le coronavirus fait rage. « On ne travaille pas de la même façon quand on est caissier ou chauffeur-livreur« , a expliqué Muriel Pénicaud.

Alors que certains employés demandent à leurs salariés de signer une décharge pour les déresponsabiliser en cas de contamination, Muriel Pénicaud leur a coupé l’herbe sous le pied : « L’employeur est responsable s’il n’y a pas mis les moyens pour protéger ses employés du virus. Signer une décharge n’a aucune valeur juridique« .

  • Des objets collectors d’athlètes (tels que la paire de chaussures de la tenniswoman Kristina Mladenovic) seront mis aux enchères. L’argent récolté sera reversé à la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France, afin de soutenir le personnel soignant.
  • Le groupe La Poste mobilise davantage ses équipes afin de permettre une distribution du courrier plus fluide.
  • Vingt-deux cambriolages ont été recensés en quatre jours en région parisienne, d’après BFM Paris. Les commerces sont les plus touchés, tandis que les cambriolages chez les particuliers sont en forte baisse.
  • Etant donné que les accidents de la route ont diminué de 80% depuis le début du confinement par rapport à une année « normale« , l’assureur Maif va rendre environ 100 millions d’euros à ses assurés « redistribués à 2,8 millions de sociétaires pour environ 3,6 millions de véhicule », a indiqué un porte-parole de l’entreprise. 
  • Un couvre-feu a été instauré en Guadeloupe et en Martinique. A l’exception des déplacements professionnels, aucune sortie ne peut être effectuée entre 20h et 5h du matin.
  • Emmanuel Macron a annoncé que le confinement serait relativement allégé pour les autistes, qui vont « pouvoir sortir un peu plus souvent » et « se rendre sur des lieux habituellement fréquentés, porteurs de repères rassurants avec leurs aidants« . Le président de la République a rappelé le numéro d’Autisme Info Service (0 800 71 40 40).

​​​​Déconfinement progressif et infos du mercredi 1er avril :

Edouard Philippe s’est exprimé concernant le déconfinement : « Il n’y a pas précédent dans le monde. Jamais près de la moitié de l’humanité n’a été confinée. Le seul précédent, en Chine, n’est pas totalement reproductible chez nous. Il est probable qu’il n’y aura pas de déconfinement général et absolu au même moment pour tout le monde. Il pourrait être régionalisé, en fonction de tests ou de classe d’âge« .
« Nous espérons, et là encore je suis prudent, pouvoir avancer sur le sujet et présenter des éléments d’une stratégie de déconfinement dans les jours, les semaines qui viennent, de façon à donner une perspective à nos concitoyens« , a ajouté le chef du gouvernement.

Education.« La réouverture des classes pour le 4 mai est une simple hypothèse qui évoluera en fonction de la situation dans le pays. Il n’est pas question de dire que les vacances scolaires n’auraient pas lieu d’être. Il faut une coupure pour les élèves et les professeurs », a indiqué Edouard Philippe.

Sur les masques : « Nous attendons 13 millions de masques la semaine prochaine. Nous avons passé commande pour 1 milliard et demi de masques au total, mais la tension est forte sur le marché« , a précisé, de son côté, Oliver Véran.

  • Afin de prévenir d’éventuels départs en vacances, Christophe Castaner a demandé aux préfets des zones touristiques concernées de s’assurer des niveaux de location. « On ne part pas en vacances pendant la période de confinement », a martelé le Premier Flic de France.
  • Ils sont plus de 5000 vétérinaires portés volontaires à s’être inscrits dans la réserve sanitaire.
  • 15 millions d’euros de chèques-services créés pour les SDF. Ce sont 60.000 personnes vont bénéficier de cette aide de sept euros par jour et par personne, a expliqué le ministre du logement Julien Denormandie dans Ouest France.
  • Réforme des APL reportée. La réforme des aides au logement devra attendre la fin de la crise sanitaire.

Les infos à retenir du mardi 31 mars :

  • La déclaration de revenus se fera à partir du 20 avril, au lieu du 9 avril initialement. Le ministre de l’Action et des comptes publics a également annoncé que les déclarants papiers auraient un mois de plus pour faire leur déclaration, soit jusqu’au 12 juin. Les télédéclarants auront une quinzaine de jours en plus, entre le 4 et le 11 juin selon les zones. Les contrôles fiscaux seront suspendus, a ajouté Gérald Darmanin.
  • Les victimes de violences familiales peuvent donner l’alerte par SMS au 114 « afin que les forces de l’ordre interviennent« , a indiqué Christophe Castaner.
  • Jean-Michel Blanquer a fait un triste constat sur Cnews : « On estime que c’est entre 5 et 8% des élèves, d’après nos premières évaluations, que nous avons en quelque sorte perdus depuis deux semaines« . Le ministre de l’Education craint que le système actuel ne « creuse » davantage « les inégalités » entre les élèves.
    Un accord a été passé avec La Poste qui « va permettre à chaque professeur d’envoyer à partir de son ordinateur un document imprimé à un élève qui n’a pas d’équipement numérique ou qu’il n’a pas réussi à joindre autrement« .
    Cet été, un système de « colonies de vacances éducatives » devrait être mis en place pour les élèves qui en ressentent le besoin, ainsi que des « modules de soutien scolaire gratuits, certainement au moins pour la dernière semaine d’août« .
  • L’ordre des vétérinaires a rappelé aux propriétaires d’animaux qu’il ne fallait utiliser ni détergent ni gel hydro-alcoolique sur les chiens et les chats d’autant qu’il n’existe aucune preuve scientifique que ces animaux transmettent le coronavirus.
  • La  majorité des trains étant à l’arrêt, la SNCF a décidé de rendre le prélèvement des abonnés « Mon forfait annuel » TGV nul pour le mois d’avril. Ces derniers pourront donc disposer d’un mois gratuit tout comme les abonnés au forfait TGVMax.
  • Près d’un demi-million de téléconsultations ont été réalisées la semaine dernière ce qui représente plus de 11% de l’ensemble des consultations, contre moins de 1% avant la crise, selon l’Assurance maladie.
  • L’Etat va débloquer « 10 millions d’euros supplémentaires  » pour le financement des aides spécifiques d’urgence attribuées par les Centres régionaux des œuvres universitaires (Crous).

Les infos à retenir du lundi 30 mars :

  • Doit-on craindre une pénurie alimentaire ? Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a tenu à rassurer les Français, sur BFM TV : « Il n’y a pas de pénurie« . Toutefois, il a reconnu : « Il y a des tensions sur certains produits : il y a par exemple moins de variété sur les pâtes« .
  • « Le confinement peut désorganiser le sommeil« , a expliqué au Monde Marc Rey, président de l’Institut national du sommeil et de la vigilance. Et de détailler : « Si on n’y prête pas attention, on va vers une désorganisation de notre rythme veille-sommeil, ce qui va donner une impression de fatigue, car notre rythme veille-sommeil ne sera plus en phase avec nos rythmes biologiques« . 
  • La préfecture de police a annoncé que certaines zones des Bois de Boulogne et de Vincennes, à Paris, étaient depuis le lundi 30 mars, interdites à la circulation car de nombreuses personnes ne respectaient pas le confinement obligatoire.
  • Un quart des marchés alimentaires de France, couverts ou de plein air sont ouverts en respectant les règles sanitaires obligatoires.
  • Le gouvernement pourrait décider d’allonger le délai permettant de déclarer ses revenus dans le cadre de la campagne 2020 de l’impôt sur le revenu. Les Français sont invités dès début avril à déclarer leurs revenus.
  • Le gouvernement a lancé une attestation de déplacement dérogatoire rédigée en français simplifié destinée aux personnes en situation de handicap ou ayant des difficultés avec la langue française.
  • Cédric O, le secrétaire d’Etat chargé du numérique, a annoncé le lancement de solidarite-numerique.fr, un site internet qui a pour vocation d’aider les personnes qui ont du mal à utiliser les outils numériques pour leurs démarches administratives en pleine période de confinement. Un numéro de téléphone associé, le 01 70 772 372, sera également joignable du lundi au vendredi, de 9h à 18h.

Des vacances pour les jeunes confinés

  • Les élèves de la Zone C sont en congés pour Pâques, puis ce sera le tour de leurs petits camarades Invité du JT de 13h, le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a indiqué qu’il « fallait respecter le temps de repos » en expliquant « qu’il y a eu une surcharge de travail pour les élèves. »  Les vacances « ce doit être un moment pour lire, se dégager des écrans, écouter la radio ou des disques […] L’important, c’est le mot ‘détente’, c’est une période dure pour tout le monde. »
    Et d’ajouter, au micro d’Europe 1 : « Les professeurs ne donneront pas de travail supplémentaire, et ils ne seront pas au travail. En revanche on va donner des recommandations et du soutien scolaire à distance pour les familles les plus défavorisées, avec notamment un encouragement à la lecture. Les vacances d’été seront également maintenues, et j’espère qu’il y aura d’ici là un retour à la normale« .

Les infos à retenir du week-end du 28-29 mars

  • Le gouvernement a augmenté l’amende pour les contrevenants aux mesures de confinement, en cas de récidive uniquement. La sanction de base reste à 135 euros. L’amende pour non-respect des mesures passe à 200 € en cas de récidive dans les 15 jours et 450 euros pour l’amende majorée si elle n’est pas payée dans les délais.
  • Les règles pour la mise en bière d’un défunt ont évolué. Edouard Philippe a expliqué que les personnes assistant à l’enterrement pourraient désormais voir le visage du défunt s’ils le souhaitent. Malgré tout, l’exposition d’une partie de la dépouille peut présenter un risque de contamination supplémentaire.
  • L’arrêté relatif à la suspension temporaire de l’exploitation de l’aéroport d’Orly a été signé par le secrétaire d’Etat chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari. Les quatre compagnies qui continuent actuellement à assurer des vols depuis Orly transfèrent leurs activités sur Paris-Charles-de-Gaulle. Il reste encore 20 000 Français coincés à l’étranger et environ 110 000 ont été rapatriés.
  • Mise en place d’« un dispositif national grand public de soutien psychologique au bénéfice des personnes qui en auraient besoin ». Il ne faut pas hésiter à contacter le numéro vert 0.800.130.000.

Des chiffres et des mots

  • 17% des Parisiens ont quitté la ville, selon Martin Hirsch, le directeur général de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP). Plus d’un million de Franciliens ont quitté la région entre le 13 et le 20 mars.
  • La Poste a rendu gratuit son service de visite aux personnes âgées. Lancée il y a 3 ans, l’offre « Veiller sur mes parents » propose une visite régulière aux personnes âgées par le facteur, qui fait un compte-rendu aux proches ayant souscrit l’abonnement qui coûte habituellement 19,90 euros. « Pendant tout le confinement, la visite hebdomadaire de lien social est offerte », précise La Poste.
  • Le chef de l’Etat a rappelé que les fêtes religieuses du mois d’avril ne devront donner lieu à aucun rassemblement. Ces annonces concernent les rassemblements chrétiens de la semaine sainte et du week-end de Pâques (6 au 12 avril), les fêtes juives de Pessah (9 au 16 avril) et le ramadan prévu autour du 24 avril.

Le premier ministre, Edouard Philippe, et le ministre de la Santé, Olivier Véran se sont exprimés samedi 28 mars. « Nous vivons depuis quelques semaines une crise sanitaire sans précédent depuis un siècle et les mesures que nous avons dû prendre sont exceptionnelles. Jamais un confinement national n’avait été mis en place (…) Le combat ne fait que commencer. Les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles que les 15 jours qui viennent de s’écouler« , a commencé Edouard Philippe.

« Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur la prise de décision s’agissant du confinement », a mis en garde le locataire de Matignon.

Masques commandés en Chine

  • La France a commandé plus d’un milliard de masques pour les soignants dans le monde entier notamment en Chine. « 36 millions de masques ont été déstockés cette semaine« , a ajouté Olivier Véran, qui a confirmé la multiplication des tests dans les prochaines semaines. 

Droits des chômeurs

  • « Nous avons également décidé la prolongation des droits pour les chômeurs qui arrivaient en fin de droits et le report de la fin de la trêve hivernale au 31 mai. Pour les toutes petites entreprises nous avons mis en place un fond de solidarité qui pourra être à la fin du mois de mars de 1.500 à 2.000 euros selon les cas et un dispositif qui sera reconduit en avril en raison de la prolongation du confinement« , a conclu le chef du gouvernement.

Non-paiement des factures d’électricité et de gaz

  • Le ministre de la Santé a précisé au JDD que les fournisseurs d’électricité et de gaz ne pourraient pas résilier de contrats même pour le motif de non-paiement de factures

Question des Territoires d’Outre-mer

  • Les vols commerciaux à destination ou au départ de Mayotte ont été suspendus. Quant aux voyages vers La Réunion, ils sont limités à trois par semaine. Une « continuité minimale » sera toutefois assurée entre les deux départements d’Outre-mer.

Un nouvel outil de géolocalisation

Vous craignez de vous éloigner ? Franchir et dépasser cette distance autorisée ? L’IGN (Institut Géographique National) a mis au point un nouveau système de géolocalisation permettant de calculer le périmètre autour duquel vous pouvez vous déplacer près de votre domicile. Pratique ! Rendez-vous sur ce site. Comment utiliser l’outil de géolocalisation ? Cliquez sur « calculer un isochrone », entrez votre adresse, sélectionnez la fonction « isodistance », entrez le chiffre « 1 » dans la catégorie « distance », puis… calculez !

Que faire si vous ne supportez plus le lieu où vous êtes confinés ou vos colocataires ? Si vous ressentez le besoin urgent de vous échapper de votre lieu de confinement, le ministère de l’Intérieur est formel: « Le lieu du confinement ne doit pas changer« . Seules certaines raisons bien particulières sont valables pour que vous puissiez modifier votre endroit de confinement :
– La fin d’une location saisonnière
– Protéger/s’occuper des personnes vulnérables (des parents, des grands-parents)
– S’occuper d’animaux qu’on a laissé à un endroit
– Garder des enfants de parents qui sont malades ou dont la maman doit accoucher.

Jean-Michel Blanquer a donné des précisions sur l’éventuel retour en classe des élèves français. « Le scénario privilégié est celui d’un retour en classe après les dernières vacances de printemps, le 4 mai, mais nous sommes évidemment tributaires de l’évolution de l’épidémie », a expliqué au Parisien le ministre de l’Education Nationale.

Un employeur peut-il forcer son employé à prendre des jours de congés ?

Un employeur pourra imposer à son salarié de prendre une semaine de congés payés (soit six jours ouvrables) pendant le confinement, même si celui-ci n’avait pas prévu de poser de congés dans les mois à venir, à condition qu’un accord de branche ou d’entreprise le permette, conformément au texte de la loi d’urgence sanitaire, voté dans la nuit du 21 au 22 mars à l’Assemblée nationale.

Le délai d’un mois pour qu’un employé puisse modifier les congés de son salarié est-il toujours en vigueur ?

À l’origine, un employé pouvait déplacer les jours de congés de son employé, à condition qu’il le fasse au moins un mois avant la date prévue de départ en congés. La loi d’urgence sanitaire réduira ce délai. Le but ? « Permettre à tout employeur d’imposer ou de modifier unilatéralement les dates de prise d’une partie des congés payés, des jours de réduction du temps de travail et des jours de repos affectés sur le compte épargne temps du salarié en dérogeant aux délais de prévenance et modalités d’utilisation« , d’après l’article 7 du projet de loi d’urgence.

Sur quelle période ces mesures sont-elles valables ?

D’après le ministère du Travail, seuls les congés compris sur la période 2019/2020 sont pris en compte, c’est-à-dire ceux qui doivent être posés avant le 31 mai.

Quid des RTT ?

Le nouveau texte de loi va « permettre à tout employeur d’imposer ou de modifier unilatéralement les dates des jours de réduction du temps de travail, des jours de repos prévus par les conventions de forfait et des jours de repos affectés sur le compte épargne-temps du salarié« , sans qu’un accord de branche ou d’entreprise ne soit nécessaire.

Quand a-t-on le droit de sortir ?

Il vous sera possible de sortir uniquement en cas de réel besoin, c’est-à-dire pour travailler lorsque le télétravail est impossible, se rendre à un rendez-vous médical, en cas de « motif familial impérieux ou pour l’assistance de personnes vulnérables pour venir en aide à un proche dépendant, ou pour des parents séparés pour aller chercher et déposer les enfants« , pour aller faire des courses nécessaires ou encore prendre l’air, s’adonner à une activité physique individuelle, du moment que l’on reste proche de chez soi. La ville de Paris a d’ailleurs annoncé que les parcs et jardins étaient désormais fermés.

Jusqu’à quand ces restrictions seront-elles mises en place ?

Pour l’instant, le conseil scientifique suggère « au moins six semaines » de confinement, mais aucune déclaration officielle à ce sujet n’a encore été faite.

Y a-t-il une distance à ne pas franchir près de son domicile ?

Edouard Philippe a expliqué qu’il était permis de sortir dans un rayon d’un kilomètre autour de chez moi, pour faire du sport ou promener son animal de compagnie. Toutefois, il ne faut pas sortir plus longtemps qu’une heure, une fois par jour, et, bien sûr, rester seul(e).

Comment justifier son déplacement ?

Depuis le 17 mars, 100 000 policiers et gendarmes ont été déployés sur tout le territoire pour contrôler les personnes qui circulent et qui doivent être en mesure de justifier leur déplacement avec une attestation de déplacement dérogatoire imprimée ICI et remplie au stylo indélébile et non pas au crayon à papier ou d’une attestation sur l’honneur écrite à la main sur papier libre, datée et signée.
L’amende pour non-respect des règles du confinement est de 135 euros

Un couvre-feu sera-t-il mis en place ?

Une vingtaine de communes ont instauré un couvre-feu à partir de 20h. Toutefois, dans la plus grande partie du pays, pour l’instant, tant que votre déplacement est justifié et que vous avez bien rempli votre attestation, vous pouvez sortir tous les jours, 24h/24.

Puis-je faire de l’exercice en plein air ?

Il reste possible de faire de l’exercice en plein air, si l’on s’y rend seul, en restant près de son domicile et en respectant les mesures de distanciation sociale si l’on croise un badaud (ne pas l’approcher à moins d’un mètre).

A-t-on le droit de prendre sa voiture pour une balade en forêt ?

L’utilisation de votre véhicule doit être limitée aux déplacements indispensables. Une balade en forêt, sauf si celle-ci se trouve relativement proche de votre domicile, ne rentre pas dans la catégorie des déplacements nécessaires.

Peut-on se promener à plusieurs ?

Il est interdit de faire du sport à plusieurs, mais il est permis de se promener à plusieurs, si et seulement si, l’on se balade avec des personnes avec lesquelles nous sommes confinés.

Peut-on faire ses courses à plusieurs ?

Il n’est pas possible de faire ses courses à deux, mais le ministère de l’Intérieur émet tout de même une exception, auprès de Ouest France : « Évidemment, un parent qui n’aurait pas de solution de garde pour ses enfants peut aller avec eux faire ses courses, tout en gardant une vigilance particulière au respect des gestes barrière et des distances de sécurité« .

Peut-on monter en voiture à plusieurs ?

Il est possible de monter à plusieurs dans la même voiture « mais seulement si c’est strictement nécessaire et que chaque passager est muni d’une attestation justifiant le déplacement« , précise le ministère de l’Intérieur à Ouest France.

Que risque-t-on si l’on se déplace sans attestation ?

L’amende en cas de déplacement non justifié est fixée à 135 euros. Pour faire respecter ces règles, plus de 100 000 policiers et gendarmes et les polices des municipalités ont été mobilisés et procéderont à divers contrôles.

Faut-il une nouvelle attestation pour chaque déplacement ?

Il faut effectivement remplir une attestation datée à chaque déplacement.

Peut-on remplir l’attestation au crayon à papier ?

Il n’est pas possible de remplir le document au crayon à papier. Il faut que l’encre utilisée soit indélébile.

Peut-on montrer le document sur son smartphone ?

Il n’est désormais plus possible de montrer l’attestation sur smartphone. Le papier doit être imprimé ou l’attestation, recopiée à la main. 

A-t-on besoin d’autres justificatifs en dehors de l’attestation ?

Si l’on se déplace pour se rendre sur son lieu de travail, en plus de l’attestation, il faut se munir d’une carte professionnelle (quand c’est possible) ou d’un justificatif de l’employeur précisant que le télétravail est impossible.

Doit-on déclarer son lieu de confinement ?

Pour l’heure, le gouvernement n’a pas demandé aux citoyens de déclarer les lieux dans lesquels ils sont confinés. A priori, on considère que chacun est à son domicile même s’il est possible de se confiner hors de sa résidence principale.

A-t-on besoin d’une attestation pour prendre l’air ou promener son chien ?

Même si vous souhaitez uniquement promener votre animal de compagnie ou prendre l’air (tout en restant près de votre domicile), vous devez remplir l’attestation dérogatoire de déplacement et cocher la case « déplacements brefs à proximité du domicile« .

Peut-on utiliser les transports en commun ?

Il est possible de prendre les transports en commun, qui continuent de fonctionner de manière réduite, uniquement pour les déplacements indispensables.

Pourra-t-on recevoir son courrier ?

Le groupe La Poste a annoncé qu’il maintenait ses activités « essentielles« . Ainsi, 80% des facteurs continuent d’assurer la distribution du courrier et des colis. En revanche, certains bureaux de poste seront fermés. Par ailleurs, certains appellent à la vigilance et déconseillent de commander en ligne au cas où l’employé de poste ayant déposé votre colis n’avait pas pris les précautions hygiéniques nécessaires (gel hydro-alcoolique, lavage de mains, port de gants…).

Pourra-t-on faire le plein d’essence ?

Les stations-service ainsi que les garages et centres de réparation d’automobiles restent ouverts pour permettre à la population d’effectuer les déplacements indispensables en véhicule.

Peut-on recevoir un électricien, plombier, réparateur à son domicile ?

Si les mesures barrières sont respectées et que l’intervention nécessitée est urgente, un électricien ou un plombier pourra effectuer son travail au domicile d’une tierce personne.

Doit-on annuler la venue des aides à domicile ?

Une infirmière ou une aide à domicile peut tout à fait venir rendre service à une personne âgée lorsque c’est absolument nécessaire, tout en respectant scrupuleusement les mesures d’hygiène et les gestes barrières et, dans la mesure du possible, en portant un masque.

Peut-on se rendre chez son médecin ?

Bon nombre de cabinets médicaux restent ouverts. Dans certains cas, les visites à domicile ou les téléconsultations sont possibles.

Peut-on effectuer un déménagement ?

Les locataires qui prévoyaient de déménager ne pourront pas mener à bien leur projet pour l’heure, puisque ce déplacement est considéré comme non indispensable. Les locataires dont le préavis touche à sa fin devront régler le problème à l’amiable avec leur propriétaire.

Peut-on assister à un enterrement ?

Le Premier ministre l’a stipulé, avec affliction, en direct au JT de 20h de France 2 : si un proche décède, seule la famille nucléaire est autorisée à se rendre aux funérailles. Il n’y a plus de cérémonie, les funérariums sont fermés et l’on ne peut se déplacer pour les obsèques d’un ami.

Doit-on craindre une pénurie de produits de première nécessité ?

« L’approvisionnement en produits alimentaires et de première nécessité sera garanti dans les jours et les semaines à venir » dans les supermarchés, informe le gouvernement sur son site internet. Nul besoin d’accumuler les stocks de papier toilette, donc.

Cuisiner

Faire du sport

Prendre soin de soi et de sa maison

Voir aussi nos dernières informations santé en direct concernant l’épidémie de Coronavirus en France




Read more