carte, décès, cas, comment évolue l’épidémie en France ? – Go-Buzz

carte, décès, cas, comment évolue l’épidémie en France ?

[Mis à jour le mercredi 1 avril à 12h57] L’épidémie de coronavirus a infecté plus de 860 000 personnes dans 179 pays du monde et causé plus de 42 000 morts. Plus de la moitié de la population mondiale est confinée à cause du Covid-19. Parmi les 180 pays touchés, les Etats-Unis recensent le plus grand nombre de cas avec près de 190 000 malades. En Europe, l’Italie a dépassé les 105 000 cas et les 12 400 morts. Le bilan grossit également en Espagne avec 95 000 malades et plus de 9000 décès. En France, 52 128 cas positifs sont confirmés le 31 mars et 3 523 décès sont à déplorer dans les hôpitaux du territoire, soit 499 de plus que la veille. 458 patients infectés par le coronavirus supplémentaires ont été pris en charge en réanimation en France.« Les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles » a prévenu le Premier ministre Edouard Philippe le 28 mars. Le pic de l’épidémie devrait survenir d’ici le 5 avril. La situation dans les hôpitaux se complique de jour en jour. Le 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 a pu être réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. Au 31 mars, 288 malades ont été transférés dans des établissements d’autres régions notamment en Bretagne et Nouvelle-Aquitaine, mais aussi à l’étranger, en Allemagne, en Suisse et au Luxembourg. Les autorités sanitaires déploient également la prise en charge ambulatoire des patients Covid-19 avec la mise en place par exemple en Ile-de-France de centres dédiés. Les Français sont confinés jusqu’au 15 avril (date renouvelable) et le montant des amendes pour non-respect des autorisations de sortie est passé à 200 euros (450 euros si elle est majorée, à savoir non payée dans les 45 jours) selon un décret du 29 mars. Le confinement est strict et chaque sortie de domicile nécessite une attestation de déplacement (de sortie ou de circuler). Pour les déplacements professionnels, cette attestation est complétée par une autorisation signée par l’employeur. 

  • Un adolescent de 13 ans est mort au Royaume-Uni du coronavirus, apprend-t-on mercredi midi 1 er avril.
  • Jean-Michel Blanquer doit se prononcer d’ici vendredi sur la formule choisie pour passer le baccalauréat du mois de juin. Le bac pourrait passer en contrôle continu, les épreuves pourraient être allégées.
  • Le 1er avril, 36 patients vont être transférés de Paris vers la Bretagne via deux TGV médicalisés.
  • Les victimes de violences intrafamiliales peuvent alerter de leur situation via un SMS adressé au 114. Les opérateurs préviendront ensuite les forces de l’ordre en leur transmettant les coordonnées de la victime. 
  • Au moins dix personnes ayant pris de la chloroquine dans le cadre d’une automédication contre le coronavirus ont été hospitalisées, annonce le directeur de l’Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine. L’Agence du médicament rappelait le 31 mars que le Plaquenil (hydroxychloroquine) et le Kaletra (lopinavir/ritonavir) prescrits à des patients Covid-19 ne devaient pas être utilisés ni en automédication, ni sur prescription d’un médecin de ville, ni en auto-prescription d’un médecin pour lui-même, pour le traitement du COVID-19.
  • Le gouvernement a pris des des dérogations au droit funéraire. Parmi les principales mesures figure l’allongement de 6 à 21 jours, ou plus avec l’accord d’un préfet, du délai pour procéder à l’inhumation ou la crémation d’un défunt. 
  • Neuf hôpitaux européens alertent sur le risque de pénuries de médicaments notamment des  » relaxants musculaires « , des  » sédatifs «  et des  » médicaments analgésiques «  » consommés rapidement et avec un réapprovisionnement insuffisant ou inexistant «  en raison de l’afflux de malades du coronavirus. Dans un courrier révélé par Le Monde, ces établissements dont l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), San Raffaele à Milan, Vall d’Hebron à Barcelone, le King’s Health Partners à Londres et la Charité à Berlin tirent le signal d’alarme auprès de leur gouvernement.
  • Plusieurs monuments nationaux comme la Bibliothèque National de France, Le Louvre, les Archives Nationales, Versailles, ou encore la Bibliothèque de Strasbourg vont donner des masques et des gants récupérés dans leurs ateliers aux hôpitaux, aux casernes de pompiers, dans les centres de détention.
  • L’Espagne a annoncé mercredi avoir enregistré un nouveau record quotidien de 864 morts du coronavirus en 24 heures, passant la barre des 9 000 morts.
  • Selon une étude de l’Imperial College de Londres publiée le 30 mars, la France aurait évité 2 500 décès grâce au confinement et 59 000 morts auraient été évitées en Europe grâce aux mesures de distanciation sociale. Les chercheurs sont parvenus à ces résultats grâce à des modélisations mathématiques. 
  • Le gouvernement reporte la déclaration des revenus à partir du 20 avril, au lieu du 9 avril. Pour la version papier, il sera possible de la déposer jusqu’au 12 juin : un délai d’un mois a été ajouté. 
  • L’ONU et l’OMC alertent du risque de « pénurie alimentaire » sur le marché mondial à cause de l’épidémie de Covid-19.
  • Invité d’Europe 1 ce matin, Jean-Michel Blanquer a annoncé un « possible » retour en classe le 4 mai. « J’espère qu’on sera en mesure de rentrer le 4 mai, je continue à l’espérer », a déclaré le ministre de l’Education nationale.
  • Sur Twitter, le Dr Gérarld Kierzek, cite parmi les nouveaux symptômes « atypiques mais finalement fréquents » chez des patients Covid-19, l’urticaire au visage.
  • Les abonnements du mois d’avril Pass NavigoNavigo senior et de la carte Imagin’RNavigo seront remboursés en Île-de-France. Et ceux qui ont opté pour une formule annuelle, seront dédommagés, a annoncé Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France.
  • Le Gouvernement supprime le délai de carence applicable aux arrêts maladie pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire, liés à une maladie dans l’ensemble des régimes (régime général, régime agricole et régimes spéciaux dont fonction publique) pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire. Les personnes malades percevront donc, de manière exceptionnelle, une indemnité journalière ou le maintien de leur traitement dès le 1er jour de leur arrêt de travail. 
  • Les chercheurs travaillent sur de nouveaux tests de dépistage, par prélèvement de sécrétions, plus rapides, mais aussi sur des tests sérologiques, par prise de sang, qui permettront d’avoir une meilleure connaissance sur l’étendue réelle de l’épidémie et sur la circulation du virus après la fin du confinement. Actuellement 10 000 tests nasopharyngés sont effectués par jour en France avec un objectif de passer à 50 000 tests dans 10 jours.
  • Un dispositif national grand public de soutien psychologique au bénéfice des personnes qui en auraient besoin est déployé à partir du numéro vert 0 800 130 000.
  • ​​​​​​Plusieurs centres « drive » de dépistage du coronavirus sont organisés en France : à Lisses dans l’Essonne, à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine, des gens peuvent venir se faire tester s’ils ont une ordonnance motivant le test (qui coûte 54 euros), à Arles, Montpellier, Alès, Nîmes et Béziers aussi.
  • Devant l’urgence de la situation sanitaire en Ile-de-France, l’Agence Régionale de la Santé en Île-de-France lance un appel à la mobilisation de volontaires. Depuis samedi 21 mars, « toute personne travaillant ou ayant travaillé dans le domaine de la santé (étudiants, professionnels ou retraités) peut s’inscrire sur la plateforme Renforts-Covid.fr pour venir en soutien des équipes en première ligne dans la gestion de l’afflux de patients. » 
  • « La collecte de sang doit absolument se poursuivre, c’est vital. […] Votre mobilisation est essentielle » a rappelé le Pr Jérôme Salomon. Les déplacements sont autorisés pour aller donner son sang.

La France est en stade 3 de l’épidémie de coronavirus depuis le 14 mars puisque le virus circule activement sur tout le territoire et plus uniquement dans certaines régions et villes. « Le combat ne fait que commencer, les quinze prochains jours d’avril seront plus difficiles que les quinze jours qui viennent de s’écouler » a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe samedi 28 mars. Les contaminations au coronavirus en France sont de 52 128 cas et 3 523 personnes sont mortes dans les 767 établissements hospitaliers mobilisés. 

courbe evolution coronavirus france
Cas de coronavirus en France, nombre de morts et de malades guéris. © Santé Publique France

Les personnes qui, au bout de 8 jours, ne présentent plus de symptômes pendant 48 heures sont considérées comme guéries.

Parmi les cas de coronavirus au 31 mars au soir, le Pr Jérôme Salomon, Directeur général de la santé, annonce :

  • 22 757 personnes sont hospitalisées en France métropolitaine (158 dans les Outre-Mer).
  • 5 565 cas graves en réanimation. dont 34% ont moins de 60 ans, 60% ont entre 60 et 80 ans et situation inquiétante.
  • 458 nouveaux patients sont entrés en réanimation le 31 mars. C’est ce chiffre qui est suivi par les autorités pour voir les résultats du confinement. La majorité des cas en réanimation présentent au moins un facteur de risque potentiel de complication de COVID-19. Les deux facteurs de risque les plus fréquemment rapportés sont le diabète et les pathologies cardiaques.
  • 64 personnes de moins de 30 ans sont en réanimation.
  • 3 523 personnes sont décédées à l’hôpital dont 86 % ont plus de 70 ans.
  • 9 444 personnes positives au coronavirus sont rentrées guéries à leur domicile et confinées. Les personnes qui au bout de 8 jours, ne présentent plus de symptômes pendant 48 heures sont considérées comme guéries.
  • 1 718 interventions sur la journée du lundi 30 mars (contre 1 953 le dimanche 29 mars) pour des suspicions de coronavirus sont rapportées par SOS Médecins (25% de leur activité totale).
  • Dans les Outre-Mer : 158 personnes sont hospitalisées, 36 cas graves en réanimation, 9 personnes sont décédées (3 en Martinique, 5 en Guadeloupe et 1 à Mayotte), 49 sont sorties guéries et rentrées à leur domicile.

Toutes les régions françaises sont touchées par le coronavirus. Les plus touchées sont : Île-de-France, Grand Est, la Corse, la Bourgogne-Franche-Comté, les Hauts-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine. Tous les actes médicaux et chirurgicaux non urgents ont été déprogrammés dans les établissements de santé pour augmenter les capacités de prise en charge des cas Covid-19. Les capacités initiales de 5000 lits de réanimation en France sont passées à 10 000 lits et l’objectif est d’atteindre les 14 000 lits très rapidement.

Dans les établissements de santé, le gouvernement a activé plusieurs plans : 

  • La France applique le plan blanc élargi généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), pour mettre en place rapidement des moyens matériel, logistiques et humains indispensables en cas d’afflux de patients dans les établissements hospitaliers. Les consultations et les hospitalisations non urgentes sont déprogrammées.
  • La France a déclenché le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes) le 6 mars. Le principe est le même que dans les hôpitaux : le chef d’établissement doit permettre « la mise en oeuvre rapide et cohérente des moyens indispensables pour faire face efficacement à une situation exceptionnelle« . Le plan bleu peut induire notamment « le confinement des résidents, usagers et personnels ; l’évacuation des résidents, usagers et personnels« .
  • La réserve sanitaire et la réserve civique (aide alimentaire d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité) sont aussi mobilisées. 

Au 31 mars, selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici le nombre de personnes hospitalisées en France par région, celles en réanimation et celles qui sont guéries et ont pu rentrer chez elles. Pour l’instant, Santé Publique France ne publie plus le nombre de cas recensés par régions.

Nombre de personnes hospitalisées à cause du coronavirus par régions de France (31 mars 2020)
Régions Hospitalisations Réanimations Retours à domicile
Ile-de-France 8 615 1 977 2 907
Grand Est 4 246 890 1 704
Auvergne-Rhône-Alpes 2 487 624 982
Hauts-de-France 1 464 450 628
Bourgogne-Franche-Comté 914 212 675
Provence-Alpes-Côte d’Azur 1 296 311 897
Occitanie 874 276 446
Bretagne 299 69 187
Nouvelle-Aquitaine 672 202 348
Normandie 535 161 151
Centre Val-de-Loire 503 134 113
Pays de la Loire 510 132 256
Corse 99 22 100
Martinique 64 18 20
Guadeloupe 37 12 19
La Réunion 57 6 10
TOTAL 22 757 5 565 9 444

 

En Ile-de-France, région la plus touchée par le coronavirus, on recense au 31 mars :

  • Paris : 2 434 hospitalisations, 663 en réanimation, 730 de retour à domicile.
  • Essonne : 639 hospitalisations, 161 en réanimation, 152 de retour à leur domicile.
  • Val d’Oise : 722 hospitalisations, 145 en réanimation et 403 de retour à domicile.
  • Val-de-Marne : 1 170 hospitalisations, 189 en réanimation, 365 de retour à leur domicile.
  • Seine-Saint-Denis : 864 hospitalisations, 190 en réanimation, 310 de retour à domicile.
  • Seine-et-Marne : 534 hospitalisations, 147 personnes en réanimation, 202 de retour à leur domicile.
  • Yvelines : 706 hospitalisations, 158 en réanimation, 287 de retour à domicile.
  • Hauts-de-Seine : 1 446 hospitalisations, 324 en réanimations, 458 de retour à domicile.

A noter : Le décompte des cas ne se fonde plus uniquement sur les cas diagnostiqués biologiquement, mais sur des estimations épidémiologiques, comme cela se fait pour la grippe tous les ans (nombre de consultations, nombre de cas graves ou de décès…). Santé Publique France prévient des difficultés de l’identification et de la confirmation biologique de l’ensemble des cas de COVID-19 et indiquent que ces chiffres sous-estiment le nombre réel de cas. Dans le cadre du passage en phase 3 les recommandations étant maintenant de réaliser un prélèvement à visée diagnostique uniquement pour certaines catégories de patients, cette sous-estimation devient plus importante. 

Le premier décès du coronavirus est survenu à Paris le 14 février, il s’agissait d’un patient chinois de 80 ans. Au 31 mars 2020, 3 523 personnes sont décédées du coronavirus en France à l’hôpital, selon les chiffres communiqués par le Directeur général de la Santé. « Nous observons une hausse de la mortalité par rapport à l’attendu dans 5 régions, a-t-il indiqué le 29 mars. Dans le Grand Est (+30%), les Hauts-de-France (+13%), Bourgogne Franche-Comté (+19%), Ile-France (+13,7 %) et la Corse (+39%), il s’agit essentiellement de personnes de plus 65 ans ».

Nombre de décès par région au 31 mars dans les établissements hospitaliers : 

  • 1 015 décès dans le Grand Est.

306 personnes sont décédées à Paris du coronavirus.

  • 1 176 décès en Ile-de-France (43 décès à l’hôpital en Essonne, 127 décès à l’hôpital dans le Val d’Oise, 45 décès à l’hôpital en Seine-et-Marne,  80 décès à l’hôpital dans les Yvelines, 127 décès dans les Hauts-de-Seine, 306 décès à Paris).
  • 280 résidents des Hauts-de-France.
  • 295 décès dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.
  • 214 décès en Bourgogne-Franche-Comté.
  • 91 décès en Occitanie.
  • 103 décès dans la région Provence-Alpes-Côtes d’Azur.
  • 78 personnes sont décédées en Nouvelle-Aquitaine.
  • 71 décès dans les Pays de la Loire.
  • 50 décès en Bretagne.
  • 60 décès en Centre-Val de Loire.
  • 62 décès en Normandie.
  • 20 décès en Corse.
Nombre cumulé de personnes décédées pour covid-19 depuis le 1er mars 2020 - hommes et femmes
Nombre cumulé de personnes décédées pour covid-19 depuis le 1er mars 2020 – hommes et femmes.Source : Etablissements de santé déclarant des cas confirmés de COVID-19 © Santé Publique France
Evolution du nombre de décès par Covid-19 dans les hôpitaux en France (Source : Géodes Santé Publique France).
DATE Nombre de nouveaux décès sur la journée Nombre total de décès
15 mars 36 101
16 mars 21 122
17 mars 27 149
18 mars 69 218
19 mars 109 327
20 mars  123 450
21 mars 75 525
22 mars 107 632
23 mars 228 860
24 mars 240 1100
25 mars 288 1388
26 mars 308 1696
27 mars 299 1995
28 mars 319 2314
29 mars 292 2606
30 mars 418 3024
31 mars 499 3523

 

Plusieurs mesures ont été prises par le gouvernement pour freiner la propagation du coronavirus en France. Après la fermeture des crèches et établissements scolaires jusqu’à nouvel ordre annoncée le 12 mars, la fermeture des établissements pouvant accueillir du public jusqu’au 15 avril 2020 (centres commerciaux ; restaurants et débits de boissons ; salles de danse et salles de jeux ; bibliothèques, centres de documentation ; salles d’expositions ; établissements sportifs couverts ; musées), l’annulation des rassemblements et l’arrêt des visites dans les EHPAD, le président de la République a annoncé le confinement de la population française à partir du 17 mars à midi et jusqu’au 15 avril, a annoncé Edouard Philippe le vendredi 27 mars à l’issue du conseil des Ministres. Suite au vote de l’état d’urgence sanitaire en France, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d’être munis d’une attestation :

  • Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés (avoir le justificatif de déplacement professionnel sur soi).
  • Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité dans des établissements dont les activités demeurent autorisées.
  • Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés  ; soin des patients atteints d’une affection de longue durée.
  • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants.
  • Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
  • Convocation judiciaire ou administrative.
  • Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative

Les sanctions ont été durcies le dimanche 29 mars : les personnes ne respectant pas ces consignes peuvent avoir des amendes allant de 200 à 450 euros en cas de majoration (non paiement dans les 45 jours). En cas de quatre violations du confinement dans les 30 jours, le contrevenant s’expose à 3700 euros d’amende et six mois de prison au maximum. La suspension du permis de conduire est également possible. « Les premiers impacts du confinement ne pourront être vus qu’en fin de semaine prochaine« , a indiqué Arnaud Fontanet, professeur à l’Institut Pasteur, invité du point presse auprès du Premier ministre à Matignon samedi 28 mars, et de rappeler que « l’efficacité du confinement sera mesurée à partir du nombre de personnes admises en réanimation« .

Pour s’informer : 0800 130 000 (numéro vert national / appel gratuit) 7j/7 et 24h/24

(Attention, la plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux)

Les arrêtés municipaux et préfectoraux se multiplient dans les villes pour faire respecter les mesures de confinement. Après la décision du maire de Nice Christian Estrosi de fermer la Promenade des Anglais vendredi 20 mars, le maire de Nice décide une mesure plus stricte : un couvre-feu samedi 21 mars, prenant effet le jour même à 23 heures. La mesure interdit tous les déplacements et impose la fermeture de tous les commerces, y compris alimentaires. Seules les livraisons pour ravitailler les commerces alimentaires sont autorisées. Le maire de Nice a été rejoint par d’autres maires et préfets. D’autres villes pourraient prendre les mêmes mesures. Ce sera 135 euros d’amende en cas de non-respect du couvre-feu. Liste des villes (par région) où le couvre-feu s’applique désormais, et jusqu’au 31 mars (renouvelable) :

  • Provence-Alpes-Cote-d’Azur : Cannes de 22h00 à 05h00, Nice de 23h00 à 04h00. Menton de 21h00 à 05h00. Le Cannet, Mougins de 23h00 à 06h00. Roquebrune-Cap-Martin de 21h00 à 05h00. Vallauris Golfe-Juan de 22h00 à 05h00. Dans les Alpes-Maritimes, la préfecture a imposé un couvre-feu de 22h00 à 6h00 dans les communes de plus de 10 000 habitants.
  • Occitanie : Perpignan de 20h00 à 06h00. Béziers de 22h00 à 05h00. Montpellier de 22h00 à 05h00, Nîmes de 22h00 à 5h00, Alès de 22h00 à 5h00, Saint-Gilles de 22h00 à 5h00, Beaucaire de 22h00 à 5h00, Vauvert de 22h00 à 5h00.
  • Hauts-de-France : Hautmont et Jeumont de 18h00 à 06h00 pour les mineurs, jusqu’au 30 avril. Maubeuge de 20h00 à 5h00. Arras et Lens de 22h00 à 5h00, Compiègne de 22h00 à 5h00, Creil de 20h00 à 8h00, Nogent-sur-Oise de 22h00 à 6h00, Amiens de 22h00 à 5h00, Albert de 22h00 à 5h00, Hénin-Beaumont de 22h00 à 5h00, Caudry de 22h00 à 5h00.
  • Grand-Est : Charleville-Mézières de 22h00 à 06h00, Mulhouse de 21h00 à 6h00, Nancy (plus les 20 communes du Grand Nancy comme Laxou, Maxéville, Malzéville, Houdemont, Pulnoy, Tomblaine, Seichamps, Saint-Max, Vandoeuvre, Villers-lès-Nancy…) de 22h00 à 5h00 (tous les rassemblements de plus de 2 personnes de plus de 10 ans sont également interdits), Obernai (Bas-Rhin) de 22h00 à 5h00.
  • Auvergne-Rhône-Alpes : Valence de 21h00 à 06h00, Romans-sur-Isère de 21h00 à 6h00, Montélimar de 21h00 à 6h00, Pierrelatte de 21h00 à 6h00, Loriol de 21h00 à 6h00, Charvieu-Chavagneux de 22h à 5h00, Mions de 22h00 à 5h00, Cunlhat entre 22h00 et 6h00, La Voulte-sur-Rhône entre 0h00 et 6h00, Saint-Marcellin entre 2h00 et 5h00.
  • Île-de-France : Colombes de 22h00 à 5h00, Asnières-sur-Seine et Puteaux de 22h30 à 5h00. L’interdiction est valable pour les piétons et les déplacements en voiture.  
  • Pays de la Loire : la Roche-sur-Yon et Cholet mettent en place un couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin du lundi 23 mars au 31 mars minuit (renouvelable si besoin). Fontenay-le-Comte de 21h30 à 6h.
  • Nouvelle-Aquitaine : Poitiers de 22h à 5h, Lège-Cap Ferret de 22h à 5h, Le Verdon de 22h à 5h et Villenave d’Ornon de 21h à 6h.
  • Guadeloupe : Sainte-Anne, Pointe-à-Pitre et Les Abymes : de 20h à 5h jusqu’au 31 mars. 
  • Mayotte : tout le département est en couvre-feu entre 20h00 et 5h00.

Comme il n’y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s’en protéger est l’application de mesures barrière.

  • Le port de masques, « une denrée rare » aujourd’hui a rappelé le Pr Jérôme Salomon le 18 mars, n’a « aucun sens si on ne se lave pas les mains puisqu’en pratique on touche des surfaces contaminées.  Ils doivent être réservés aux personnes malades et aux professionnels de santé qui en manquent. Pour les personnes non contaminées, ils n’ont pas de sens.
  • Le lavage des mains, fondamentale : se laver les mains après avoir toussé, éternué, avant et après avoir préparé à manger, avant de manger, après être allé aux toilettes, après avoir manipulé des animaux… 
  • Appliquer une distance sociale d’un mètre partout, tout le temps (devant et dans les magasins…). Ne plus se serrer la main, ne plus se faire la bise.
  • Utiliser du gel antibactérien pour désinfecter les mains en l’absence d’eau et de savon. Si vous n’en trouvez pas en pharmacie, il est possible d’en fabriquer.  

> Plus de conseils pour se protéger du coronavirus

Les premiers symptômes d’une infection au coronavirus ressemblent à un état grippal : fièvre, toux sèche, rhume, douleurs musculaires, fatigue... puis, quand elle dégénère, elle entraîne des difficultés à respirer. « Ressentir un essoufflement dans des activités simples chez soi est un signe qui doit alerter« , a rappelé le Pr Jérôme Salomon le 27 mars. Il ne faut pas attendre que cela empire. Ce symptôme nécessite une téléconsultation ou un appel au 15. Les dernières observations des médecins généralistes et ORL rapportent une perte de l’odorat et la perte du goût chez les personnes contaminées, le plus souvent chez des jeunes ayant une forme bénigne de la maladie. Le Covid-19 existe sous des formes asymptomatiques (mais les patients sont quand même contagieux et peuvent transmettre le virus) et bénignes (dans 85 % des cas). Les recommandations actuelles sont :

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin, faites une télé-consultation ou appeler le numéro de permanence de soins de la région. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : « Si cette toux et cette fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation », prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.

Une carte interactive montrant l’évolution de l’épidémie de coronavirus dans le monde en temps réel a été mise au point par l’éditeur de cartographie en ligne HERE Technologies. Basée sur des données du Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de l’Université Johns Hopkins et de DXY, cette carte permet de suivre la progression du nombre de personnes infectées rapportées par les agences gouvernementales, ainsi que le nombre de décès.

Une pandémie de coronavirus sévit dans le monde obligeant un tiers de la population mondiale à être confinée, au 31 mars 2020. le virus a infecté plus de 826 222 personnes dans le monde et fait plus de 40 708 morts. 178 pays sont touchés (sur 198 au total dans le monde). L’épidémie progresse désormais davantage hors de Chine d’où elle était partie en décembre 2019. Il y a une forte augmentation des cas aux Etats-Unis qui devient le premier pays le plus touché en nombre de cas avec plus de 175 000 cas et plus de 3 415 décès, au 31 mars.

Combien de décès à cause du coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE MORTS DU CORONAVIRUS PAR PAYS. Mercredi 1er avril à 11h23.

PAYS NOMBRE DE MORTS
Italie 12 428
Espagne 8 464
US 4 081
France 3 523
Chine 3 316
Iran 2 898
Grande-Bretagne 1 793
Pays-Bas 1 039
Allemagne 775
Belgique 705
Suisse 433
Turquie 214
Brésil 202
Suède 180
Corée du Sud 165
Portugal 160
Indonésie 157
Autriche 128
Canada 102
Philippines 96
Danemark 90
Roumanie 85
Equateur 79
Irlande 71
Japon 57
République Dominicaine 51
Irak 50
Grèce 49
Egypte 46
Inde 45
Autres 883
TOTAL 42 365

 Sources : WHO, CDC, ECDC, NHC and DXY.

Combien de cas de coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE CAS DU CORONAVIRUS PAR PAYS. Mercredi 1er avril à 11h28.

PAYS CAS CONFIRMES DE CORONAVIRUS
 Etats-Unis 189 633
Italie 105 792
Espagne 95 923
Chine 82 308
Allemagne 71 808
France 52 836
Iran 44 605
Royaume-Uni 25 499
Suisse 16 605
Belgique 12 775
Pays-Bas 12 667
Turquie 13 531
Autriche

10 298

Corée du Sud 9 887
Canada 8 591
Portugal 7 443
Brésil 5 812
Israel 5 591
Australie 4 862
Norvège 4 651
Autres 80 494
TOTAL 862 234

 

> Voir le nombre de cas dans d’autres pays 

Sources : WHO, CDC, ECDC, NHC and DXY.

Le président de la République a annoncé le 16 mars la fermeture des frontières de l’Europe et de l’espace Schengen. Concrètement, tous les voyages entre les pays non-Européens et l’UE sont suspendus pendant 30 jours à compter du mardi 17 mars. Il est de manière générale préférable de différer les déplacements à l’étranger (y compris les croisières) compte tenu de l’évolution de l’épidémie de Coronavirus Covid-19 et des mesures restrictives prises par certains pays : interdiction d’entrée sur le territoire, isolement obligatoire, mesures de détection des symptômes… à l’égard des voyageurs en provenance de France. Les personnes qui présentent des symptômes potentiellement liés au coronavirus Covid-19 doivent impérativement éviter tout déplacement à l’étranger. 

L’Italie est le pays d’Europe le plus touché par l’épidémie de coronavirus avec 12 428 décès liés au coronavirus au 31 mars (soit plus du double observé en Chine) et plus de 105 000 malades dans le pays.  Le lundi 9 mars, le Président du Conseil, Giuseppe Conte, a annoncé la mise en quarantaine de tout le territoire soit le confinement total des 15 millions d’Italiens jusqu’au 3 avril (renouvelable). Les transports et les services publics essentiels continuent à fonctionner. Les déplacements sont limités sur tout le territoire, sauf pour des raisons professionnelles attestées ou de première nécessité. En cas de non-respect des règles édictées par le décret gouvernemental, les forces de l’ordre peuvent arrêter le contrevenant, qui encourt jusqu’à trois mois d’emprisonnement ou une amende allant jusqu’à 206 eurosLe pic de l’épidémie n’étant probablement pas atteint en Italie, le confinement dans le pays sera (comme chez nous) « inévitablement » prolongé après le 3 avril. 

L’épidémie s’aggrave en Espagne avec une hausse de 32% du nombre de décès en un jour et de 25% du nombre de cas. L’Espagne comptabilise désormais plus de 9000 décès et plus de 94 000 cas confirmés au 31 mars, c’est le deuxième pays le plus touché en Europe et le quatrième dans le monde. La région de Madrid est la plus touchée, devant la Catalogne, le Pays basque et l’Andalousie. Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a pris des mesures de confinement de la population depuis samedi 14 mars au soir,  impliquant l’interdiction de circuler dans les rues sauf pour aller travailler, faire des courses (acheter du pain…) et se soigner. Les forces de l’ordre sont chargées de s’assurer du respect de cette interdiction. Les commerces jugés non-essentiels sont fermés dans tout le pays.

Apparu en Chine en décembre 2019 sur un marché locale de Wuhan, le coronavirus y a fait de nombreuses victimes. Sur les 787 000 malades recensés dans le monde, 82 000 sont en Chine et 3 300 en sont mortes. Au 27 mars, l’épidémie est « quasi-éteinte » en Chine selon le Directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Pékin a annoncé jeudi 26 mars la fermeture temporaire de ses frontières à la plupart des étrangers et va réduire ses vols internationaux dès samedi 28 mars pour éviter l’importation de nouveaux cas de coronavirus et une reprise de l’épidémie.

Autres actualités liées au coronavirus : 

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE
  • Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un « nouveau type de coronavirus ».
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • Le 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • Le 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et « jusqu’à nouvel ordre ».
  • Le 13 mars, l’OMS désigne désormais l’Europe comme épicentre.
  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • Le 16 mars, l’Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l’espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 20 mars, plusieurs villes françaises, dont Nice, Montpellier, Perpignan, Arras… imposent un couvre-feu le soir et la nuit.
  • Le 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • Le 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.




Read more