« Cette crise révèle la puissance et, en même temps, la grande fragilité des Jeux » – Go-Buzz

« Cette crise révèle la puissance et, en même temps, la grande fragilité des Jeux »


Il n’y aura donc l’été prochain ni Euro de football, ni Jeux olympiques. Longtemps réticents à modifier le calendrier des J.O., le Japon et le Comité international olympique se sont finalement résolus à reporter l’édition 2020, qui devaient se dérouler à partir de la fin juillet à Tokyo.

L’historien Patrick Clastres, directeur du Centre d’études olympiques et de la globalisation du sport, décrypte pour « l’Obs » cette décision et ses conséquences.

Coronavirus : les jeux Olympiques de Tokyo reportés « au plus tard » à l’été 2021

L’épidémie de coronavirus qui touche la planète a finalement poussé le Japon et le CIO à reporter les JO 2020, alors qu’ils y semblaient réticents il y a encore quelques jours. Qu’est-ce qui a fait basculer leur décision ?

La mobilisation de nombreux athlètes en faveur d’un report a eu un impact majeur. Ces derniers jours, plusieurs d’entre eux ont ouvertement pris la parole, notamment sur les réseaux sociaux, pour plaider en ce sens. Et certaines fédérations sportives les ont consultés et entendus. De telles prises de parole sont assez inédites dans le monde du sport, où prévaut davantage l’omerta : c’est un signe de bonne santé démocratique.

Du fait de l’importance croissante des enjeux économiques, les sportifs ont eu tendance ces dernières décennies à peu s’exprimer, à refuser tout engagement. Mais on voit que les choses sont en train de changer, et que certains n’hésitent plus à s’opposer aux instances du sport international. L’an passé, des athlètes a

Pour lire les 84 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.




Read more